Guerre des sexes & éveil spirituel

22/07/2020

La guerre des sexes est malheureusement si vielle, que l'on oublie de mentionner qu'il s'agit en réalité de la plus longue et la plus meurtrière des guerres. Elle s'incrit en soi et à l'extérieur de soi, nous coupant à la fois de nous-même, de notre potentialité en tant qu'individu et de l'humanité elle-même, de notre potentialité en tant qu'espèce

Heureusement, femmes et hommes s'éveillent aujourd'hui à leur spiritualité et découvrent qu'ils sont unis par les principes du féminin et masculin sacrés en eux avant tout. Ils sentent que quelque chose leur échappe sur leur propre nature, et qu'ils sont ainsi coupés de leur véritable potentiel

Mais pourquoi hommes et femmes sont-ils coupés ainsi de leurs essences sacrées?


Programmation et dissociation de l'Être

Qu'ils soient hommes ou femmes, les humains sont continuellement amenés à réagir par rapport à un principe patriarcal faussé ou à un principe matriarcal lui-même dénaturé, ces deux principes se fondant insidieusement avec la représentation de l'autorité. Se superposant également avec les images sociales du féminin et du masculin, ils contribuent de ce fait à renforcer la perversion - "père-version" - du principe masculin.

De tous temps, la perception des guerres porte sur l'appétence de domination de groupes humains de différentes tailles, qui visent la conquête et l'annexion des territoires par la force associée à la ruse, pour s'emparer et confisquer des richesses (pétrole, matières premières, minéraux précieux, etc). Ces conflits armés, attribués aux pathologies de l'être humain, estompent cependant de manière astucieuse une réalité toute autre. C'est tout particulièrement le cas des guerres de religion, systématiquement sous-jacentes à cette réalité guerrière et de ce fait sanglante.


Templiers livrés au bucher . British Library Royal . fin du XIVe siecle
Templiers livrés au bucher . British Library Royal . fin du XIVe siecle

Leur nature première est de fabriquer des croyances tenaces et très élaborées à partir de dogmes assis sur une compilation d'affabulations et de légendes mensongères initiés par leurs promoteurs souvent manipulés à leur insu. C'est le cas des trois grandes religions monothéistes basées sur une seule religion d'origine : le judaïsme. Il en a découlé les 3 "livres saints" que sont la Thora, la Bible et le Coran. Leur rédaction a été réarrangée pour aboutir à "La Nouvelle Alliance", promesse d'amour et de paix entre les peuples...

Force est de constater le résultat inverse, cette littérature profondément viciée à sa racine, imposée à travers les âges à coup de menaces, de tortures et de bains de sang, ayant servi de sanctions aux prétextes aux nombreuses inquisitions, Jihad et autres génocides à caractère religieux. On pensera entre autres aux "sorcières", aux Cathares, aux Templiers, etc... Et pour cause, puisqu'elle a pour seul et unique objectif de laver le cerveau et maintenir une chape d'hypnose tant aux fidèles et chefs religieux qu'aux non-croyants qui en sont insidieusement nourrie par le binaire Je crois/Je ne crois pas. Autrement dit, de leur interdire de remettre en route leur cerveau pour réfléchir, pour éviter à tout prix l'émergence d'Êtres souverains.

Quelle que soit la confession, l'enseignement religieux est la plus magistrale et extraordinaire méthode de programmation qui a été inventée, pour parvenir à subjuguer l'esprit humain par l'efficacité de ses profonds et puissants dogmes qui, à force d'être répétés et martelés dans l'esprit de l'homme, finissent par se transformer en croyance et au final en d'indétrônables doctrines de l'esprit. 

Il y a une grande différence d'interprétation entre l'enseignement des religions exotériques et l'enseignement ésotérique traditionnel, non manipulé par les sociétés secrètes s'en prévalant. Cette différence est bien entendu source de nombre de malentendus. Ainsi, l'histoire de la Genèse biblique est un récit subjectif de la façon dont l'humanité a évolué. Tout dépend alors de l'interprétation donnée par les institutions qui en revendiquent la prérogative. 


Adam et Ève chassés du Paradis – Benjamin West, 1791.
Adam et Ève chassés du Paradis – Benjamin West, 1791.

La dramaturgie biblique présente Adam et Ève comme chassés du paradis, le Jardin de l'Éden, pour avoir désobéi à l'interdiction faîte par le Créateur de s'approcher de l'Arbre de la Connaissance. Victime du désir de transgression d'une Ève sensible au tentateur serpent venant se traîner à ses pieds et la séduire pour lui permettre de devenir l'égale du Créateur Tout Puissant, Adam est alors chassé sans ménagement avec sa compagne pour expier leur faute sur Terre, le péché originel, en espérant pour toute leur lignée de descendance une éventuelle rédemption à l'heure du Jugement dernier. A condition que ses membres respectent les Commandements de bonne conduite édictés, qui ne seront révélés que bien plus tard par Moïse, et l'expiation constante de leur statut de pêcheurs éternels à travers le Christ (pour le christianisme, le judaïsme ne le reconnaissant pas comme Fils du Tout-Puissant), cet être souffrant venu prendre les péchés de l'Homme en Son Nom.

Inoculée à grande échelle depuis des siècles par la théologie de l'Occident religieux, cette fable allégorique de la Chute, cocktail délétère de rébellion, de culpabilité, de châtiment et de rachat, s'est inscrite en arrière-plan de la conscience d'une grande partie de l'humanité, avec les conséquences que l'on peut imaginer pour l'être humain dans sa relation à la vie, à lui-même et aux autres. 


Le message caché de l'Arbre de la Connaissance

La planche précolombienne ci-contre issue du codex Laud, manuscrit mazatèque (soit au sud de Mexico), donne la clé - cachée par les Religions institutionnelles - de son évolution à l'être humain par sa représentation de l'Arbre de la Connaissance, indissociable de l'Arbre de Vie .


Codex de Laud
Codex de Laud

Y figure une femme incitant l'homme à connaitre le fruit défendu sous forme d'un reptile la gueule ouverte vers la terre, avec des pattes d'oie/fleur de lys surplombant la scène. L'Arbre de la Connaissance est ainsi constitué du serpent, du fruit féminin défendu (la vulve), ainsi que d'un triple symbole des initiés du Grand Jeu de l'Oie. L'arbre nous dévoile que tous ces aspects font partie d'un tout.

La fente rouge évoque que la sexualité est au cœur de l'initiation. Mais quelle sexualité ? Un passage, une porte au cœur de l'arbre de vie, c'est à dire un processus de transformation. La prêtresse assise enseigne, à son interlocuteur masculin, l'art de transcender la sexualité animale, afin d'accéder à l'autre monde, celui où l'énergie nucléaire faible circule et unit sans entrave les polarités féminine et masculine.

Les symboles se lisent de bas en haut : depuis l'expérience terrestre de réalité, nous entrons dans la gueule du reptile, passons par le nœud central de la transformation de l'humain animal pulsionnel, pour progresser jusqu'aux densités supérieures sous le signe de la patte d'oie. 

On peut constater que le féminin est l'élément moteur de ce processus d'ascension. C'est pourquoi le système de contrôle de nature patriarcale cherche, depuis les origines de l'humanité, à cacher cette clé de voûte à ses esclaves par d'innombrables persécutions et par le détournement du sens des symboles laissés par les "perceurs de voile", les chercheurs de vérité (Cathares, Cagots des Pyrénées, Templiers, Jacquets ...).


Le temps de l'éveil spirituel...

L'éveil spirituel, autrement appelé réalisation de soi ou illumination, désigne dans de nombreuses religions et philosophies, l'état de conscience de l'homme qui se libère, se perfectionne, et transcende, dans cette école qu'est le vécu terrestre, sa relation à la matière et à la dualité, dominée par l'ego-mental, l'intellect conditionné et manipulé, source de ses souffrances et de ses illusions. Il réalise ainsi pleinement sa véritable nature, celle d'être dépositaire de toute la puissance de l'univers dans les limites de sa singularité biologique. C'est le passage du Moi personnel au Soi universel, le Dieu intérieur, l'Esprit cosmique indifférencié, tel qu'enseigné dans l'hindouisme ou le christianisme primitif. Il peut ainsi devenir "un véritable collectif", un seul ensemble qui intègre le tout, soit des éléments disparates, avec amour et compassion. Par le processus de l'Intelligence à l'Amour, il passe ainsi de l'infiniment petit à l'infiniment grand, acquérant la "maîtrise" du monde.

Éveil est l'addition d'"Eve", le féminin sacré, et de "Il", le Divin en chacun, soit celui qui luit, le soleil intérieur, le masculin sacré. Caché dans nos ténèbres intérieures, au fond de la matrice utérine, c'est le soleil "noir", dans l'attente de son extériorisation lorsque nous répondons à son appel, celui de notre âme, de notre Soi supérieur. Il peut alors manifester tout son potentiel énergétique informationnel. Nous pouvons alors Être sur le Chemin de quête, ou d'enquête, ou en quête de ce vers quoi nous pensons être séparé par illusion. En réalité, tout ceci EST déjà, le Royaume étant à l'intérieur et à l'extérieur. Ce chant d'Amour est réalisé dans le Cantique (quantique) des Cantiques, par l'entrelacement du Féminin et du Masculin


La science qui conduit à l'éveil spirituel était jadis réservée à des personnes choisies, formées et initiées dans le plus grand secret des centres des Mystères et des écoles de Sagesse des civilisations antiques, avant qu'elle ne soit dénaturée, manipulée, aux fins d'asservissement des êtres humains. Aujourd'hui, toute personne désireuse d'évoluer peut désormais acquérir le savoir et le savoir-faire qui lui permettra de dépasser ses souffrances et ses illusions en assumant sa singularité biologique et en la réalisant de manière harmonieuse. En comprenant le leurre de l'enseignement des églises exotériques comme des sociétés initiatiques ésotériques, l'élève véritablement décidé et engagé dans cette voie apprend, par la pratique d'attitudes nobles (les vertus), par la méditation et par des exercices spécifiques, à développer ses corps et sens "subtils". Progressivement, il dépasse toutes les illusions, identifications, croyances limitantes, conditionnements et peurs qui l'animent pour entrer en contact avec son être véritable. 

C'est pourquoi la voie de la sagesse, celle consistant à connaître et transformer, est la voie de l'évolution. Le fait de connaître résume la fonction masculine, et celui de transformer la fonction féminine. Se révèle ainsi la nature androgyne de la sagesse, la Sophia en grec, particularité de l'individu qui sait associer les dimensions féminine et masculine en lui et autour de lui, tout particulièrement avec son/sa partenaire de vie. C'est l'enseignement voilé que transmet la Vierge Noire, d'Isis à Marie Magdala, que seul comprendra un cœur ouvert... 



Derniers articles du blog-conseils

Faciles à trouver, un peu moins à cueillir du fait du caractère épineux de l'arbuste, les cynorrhodons, pseudo-fruits ou faux-fruits de l'églantier du genre Rosa canina sont de petites bombes de vitamines. Peu de cadeaux de la nature se révèlent aussi riches de possibilités culinaires et de bienfaits pour la santé...

Le féminin est une polarité en chacun de nous, hommes et femmes confondus, au même titre que la polarité masculine. Aucune hiérarchie n'existe entre ces forces mêlées par l'alchimie intérieure. Simplement, certaines d'entre elles sont affublées de pensées, d'informations non encore digérées, constitutives d'inertie dans la non-intégration des...

Le lieu où l'on vit possède comme nous des fréquences vibratoires, il a donc une action positive, neutre ou négative sur le vivant (plantes, animaux et humains) et sur les objets inertes. Inversement, la fréquence vibratoire rayonnée par l'être humain aura une influence sur le lieu qu'il occupe. Les vibrations que nous émettons ou celles émises par...