Les cures en Naturopathie 

16/02/2021

Les différents outils naturopathiques sont toujours mis en œuvre à l'intérieur de cures. Ainsi, après avoir pris connaissance de la dysharmonie au niveau du ou des chakras, évalué le niveau de la force vitale, cerné au mieux le terrain de la personne, déterminé la nature et l'origine de la toxémie, le naturopathe proposera des outils naturopathiques appliqués dans le cadre de l'une de ces quatre cures :

  • Cure de désintoxication : pour éliminer les toxines du corps.
  • Cure de revitalisation : pour relancer ou renforcer l'énergie vitale.
  • Cure de stabilisation : pour maintenir l'état de santé à un bon niveau.
  • Cure de régénération : pour améliorer le fonctionnement des organes, des cellules, améliorer les déficiences héréditaires ou le capital vital.

La cure de désintoxication


Elle permet d'éliminer les molécules indésirables, épurer, nettoyer, drainer les cellules et liquides corporels, et donc d'assainir l'organisme. Elle comprend trois principes qui s'appliquent simultanément:

  • Drainage des surcharges en asséchant les humeurs
  • Redonner l'autonomie au cerveau et libérer ses centres nerveux et viscéraux.
  • Ouvrir les émonctoires (reins, poumons, intestins, foie, peau)

Drainage des surcharges en asséchant les humeurs

On va réduire l'alimentation, ce qui va entraîner une réduction de l'activité digestive et rendre disponible davantage d'énergie pour le reste du corps. Il existe 3 procédés pour réduire l'alimentation :

  • Le régime hypo-toxique se définit à partir de bases simples et proches de l'alimentation ancestrale. L'alimentation hypo-toxique s'appuie sur un régime sain, sans céréales, sans gluten, sans sucres rapides, ni lactose, associant le cru et la cuisson douce. Il s'agit avant tout d'exclure définitivement tous les aliments qui ne sont à l'origine pas fait pour notre organisme et que nous consommons par ignorance et/ou par habitude.
  • La mono-diète est le fait de consommer un seul aliment (cru ou cuit) autant que l'on veut pendant un certain temps. Le fait de ne consommer qu'un seul aliment rend la digestion plus rapide et permet une économie des réserves nerveuses et glandulaires. Plus l'aliment est pauvre et plus il est curatif. Les fruits et légumes sont généralement choisis mais cela peut être aussi du riz. Après un jeûne, elle facilite la réimplantation de la flore intestinale et la rénovation de la muqueuse intestinale.
  • Le jeûne est une suppression totale des aliments . On distingue 2 types de jeûne : le jeûne hydrique facilite l'élimination des poisons organiques, sur 3 à 7 jours en général et le jeûne sec qui consiste à ne rien absorber du tout, ceci se fait sur un temps variable en fonction des capacités et de l'hygiène de vie préalable du sujet (sur 1 à 7 jours maximum). 

Le jeûne est la méthode la plus curative mais il suppose des conditions d'entrée stricte. Il se déroule en 3 temps :

  • phase de préparation (sur 1/2 jours lavement intestinal ou purge avec des plantes diurétiques pour l'intestin),
  • phase de jeûne (pas de nourriture, boire des tisanes (choisir les plantes en fonction des émonctoires concernés) et de l'eau si jeûne hydrique, si jeûne à sec ne rien ingérer),
  • phase de retour à l'alimentation (sur 3 jours, J1 fruits, J2 fruits et légumes crus (pain complet, huile d'olive et miel), J3 ajouter du poisson)

Contre-indications du jeûne : épuisement ou dévitalisation, grande faiblesse avec insuffisance des organes émonctoires (foie, reins, intestins, poumons, peau), carences aiguës en minéraux, carence ou faible taux d'albumine, grossesse (sauf avis du médecin), maladies des reins, tuberculose pulmonaire, myopathie (dégénérescence musculaire), diabète maigre type 1, traitement chimique lourd, peur du jeûne.


Redonner l'autonomie au cerveau et libérer ses centres nerveux et viscéraux

Rendre l'autonomie au cerveau, c'est le rendre disponible pour stimuler le travail d'élimination des déchets de l'organisme par les émonctoires. Le cerveau trop sollicité par une surcharge d'activités psychiques liée au stress, aux émotions pénibles, à l'anxiété, aux ruminations, aux ressentiments, aux insomnies, ou à la suractivité intellectuelle, etc., rejette le surplus sur les fonctions organiques. En médecine traditionnelle chinoise, les organes sont des réservoirs du trop plein de nos pensées. La suractivité psychique épuise l'énergie des organes concernés suivant le type de pensées, surtout s'il n'y a aucune action mise en place. Les émonctoires ne remplissent alors plus leur rôle.

Rendre disponible le cerveau aux commandes du système neuro-sympathique s'obtient par :

  • la détente ou la relaxation
  • un sommeil réparateur
  • l'autosuggestion positive
  • la correction vertébrale
  • la stimulation des trajets nerveux
  • la recharge énergétique

Considérons que l'homme est composé :

  • d'un corps spirituel (essence originelle) : pacification intérieure par la prière
  • d'un corps mental (psychique) : relaxation par la méditation
  • d'un corps vital (intelligence énergétique) : revivification par le jeûne
  • d'un corps physique (matériel) : régénération par la nourriture
  • d'un double éthérique (interface énergétique entre la peau, et le corps métaphysique) : sa faible épaisseur permet au corps physique de s'alimenter en énergie cosmique (prana des hindous, souffle de vie Qi)

Le sommeil permet aux 3 corps "métaphysiques" de se séparer du corps physique afin de se nettoyer et se recharger pour en faire bénéficier ce dernier. Pendant se temps, le corps physique, n'est pas sollicité par le psychisme, se détend. L'insomnie empêche le corps physique de se nettoyer et de se recharger, totale et sur une période longue, elle entraîne la mort.


Ouvrir les émonctoires

Les émonctoires, désignent les organes d'élimination de notre corps qui vont filtrer puis évacuer chaque jour les toxiques, toxines, déchets et résidus métaboliques (accumulés par une alimentation inadaptée et des mauvais métabolismes) encombrant nos cellules et liquides corporels. Ils filtrent ces déchets hors du sang et de la lymphe, et le rejettent à l'extérieur du corps. Ils sont d'une importance capitale dans le maintien de notre intégrité physiologique et de notre terrain car ils se chargent de nettoyer notre corps de ses impuretés. C'est sur ces émonctoires qu'on va agir afin de les « ouvrir » par différents procédés. Le corps est équipé de quatre émonctoires qui sont le système intestinal (bouche, estomac, foie, rate, intestin grêle, côlon, flore intestinale) , les reins, la peau et les poumons.

Le foie est l'émonctoire le plus important, c'est un organe-clé de notre santé qui possède plus de 200 fonctions à lui seul. Il filtre et élimine les déchets comme le font les autres émonctoires, mais il est aussi capable de neutraliser des substances toxiques. En naturopathie, il est capital de s'assurer que le foie fonctionne bien. Le foie et les intestins sont les émonctoires spécialisés dans l'élimination des déchets colloïdaux.

La cure de revitalisation


Lorsqu'elle n'est pas réalisée avant (en cas de faible énergie vitale disponible) ou pendant la cure de désintoxication (c'est-à-dire pratiquée en parallèle, l'individu ayant besoin d'une revitalisation), cette cure de revitalisation succède généralement à la cure de désintoxication. Dans ce cas, elle est d'autant plus nécessaire puisque l'organisme qui a rejeté tout ou partie de ses déchets ressort affaibli, et les carences sont plus importantes qu'au début de la cure. Elle comprend cinq temps importants :

  • Revenir à une alimentation biologique humaine
  • Utiliser au minimum les aliments de tolérance
  • Combler les carences
  • Hygiène comportementale
  • Satisfaire les besoins en énergie 

Revenir à une alimentation biologique humaine 

Privilégier une alimentation la mieux adaptée au tube digestif de l'être humain et la plus pourvoyeuse d'éléments vitaux. On privilégiera donc une alimentation naturelle, brute (c'est-à-dire la moins transformée et raffinée possible), la moins polluée possible par les produits phytosanitaires (donc biologique si possible) et la plus disponible en vitamines, oligo-éléments et enzymes.

Un régime biologique est composé de :

  • 80% de fruits et légumes
  • 20% de sous-produits animaux (œuf, laitage, coquillage, fruits gras (amandes, noix, noisettes))

Donc il n'est absolument pas nécessaire de consommer quotidiennement de la viande. Il conviendra bien entendu d'adapter ces principes aux saisons, au climat, à l'activité physique ainsi qu'à son environnement, mais également au besoins de chacun en fonction de sa constitution, du tempérament, de la force vitale... 


Utiliser au minimum les aliments de tolérance

Les amidons et les viandes rouges sont des aliments de tolérance qui permettent de faire face au froid et au travail (conditions que nous nous sommes imposées). Il faut arriver à déterminer la dose minimum pour limiter le plus possible l'encrassement tout en permettant à l'organisme de résister au labeur et au froid.

Les amidons : Sucres complexes qui doivent être consommés cuits pour être digérés par les enzymes : l'amidon est transformé en glucose. Ils sont présents dans les céréales, les pommes de terre, les légumineuses. La consommation en amidons doit être adaptée en fonction de la saison, ne doit pas être trop importante et doit s'accompagner d'un surcroît d'exercices physiques.

Les viandes : Elles peuvent être mangées crues et sont plus digestes ainsi, mais traditionnellement elles sont consommées cuites pour éviter d'ingérer des bactéries.

Attention au végétalisme sur une longue durée : Les protéines animales sont indispensables (permettent notamment de fixer les minéraux). Il conviendra de privilégier les œufs, fromages de chèvre ou brebis, poissons gras et viandes blanches. Les régimes à base de protéines végétales (légumineuses) et levures présentent les mêmes inconvénients : les légumineuses et le soja ont plusieurs noyaux entraînant la production d'autant de purine que la viande et par conséquent une quantité importante d'acide urique. Les levures contiennent plus de purine que la viande. Par conséquent les quantités de viandes et sa fréquence de consommation sont à adapter en fonction du besoin du sujet et de son état. 


Combler les carences

Il s'agit d'ajouter au régime de base des compléments alimentaires naturels pour combler les carences. Ces compléments alimentaires naturels sont intéressants pour leur richesse en : Minéraux, vitamines, hormones, diastases, glucides, protides, lipides.

Les minéraux : sont très concentrés dans les algues marines (fucus, laminaires, nori, wakamé, combu) riches également en oligoéléments, dans l'eau de mer, dans les coquillages (coquilles de coquillage réduites en poudre), dans les coquilles d'œuf : membrane coquillière riche en silice. Un minéral évolué est chélaté, c'est à dire qu'il est associé à un acide aminé ; il permet une meilleure assimilation. En le chauffant, il y a dissociation (dé-chélation), il devient moins efficace. A noter : Les minéraux de l'eau ne sont pas assimilables en tant que tels car ils sont non chélatés ; ils seront donc rejetés par les urines et n'auront donc qu'un effet désintoxiquant et non minéralisant. Boire une eau trop minéralisée peut donc s'avérer problématique...Préférer une eau la moins minéralisée possible.

Les vitamines : L'intérêt est de trouver des aliments naturels qui présentent une concentration en vitamine : Acérola pour vitamine C. Argousier pour vitamine C. Eglantier pour vitamine C. Spiruline pour vitamine C et fer. Les levures (mais uniquement en cure ponctuelle et non au long court) pour les vitamines B . Les végétaux colorés pour la vitamine A (jus de légumes)

Les enzymes (molécules permettant de transformer la matière) se trouvent principalement dans les graines germées, riches en maltase. Ex : La papaye verte contient de la papaïne pour digérer les protéines.

Les hormones ont la plus grande charge vitale et permettent d'éviter d'être produites par les glandes. Plusieurs sources : le pollen mais aussi les précurseurs d'hormones tel le cassis, la gelée royale, les plantes aromatiques (ex. : sauge)

Concentré de glucide : le miel, la canne à sucre, les fruits séchés.

Concentré de protéine : les amandes, les noisettes, la spiruline, les algues d'eau douce.

Concentré de lipide : les huiles, l'avocat, les graines et surtout les germes


Hygiène comportementale

Le réglage du comportement de vie : il s'agit d'éliminer peu à peu un maximum de dévitalisants bien souvent trop présents dans notre quotidien : tabac, alcool, travail sur écran et temps passé devant la télévision et l'ordinateur, horaires décalés, vie nocturne, sédentarité, surmenages professionnels, physiques, intellectuels, sportifs... prise de dopants et d'excitants (café, thé, cacao, sodas, médicaments de confort, usage de stupéfiants...), pollution en tout genre (lignes à hautes tension, qualité de son habitat, aliments ionisés, industrialisés, four à micro-ondes, téléphones portables...), manque de soleil, stress...

L'introduction de facteurs vitalogènes : il s'agit de penser à adopter des habitudes qui permettent de se ressourcer le plus régulièrement voire quotidiennement. On pensera à être le plus souvent possible au contact de la nature, se rapprocher de source d'ions négatifs (forêts de conifères, cascades, océan...), de faire des exercices dynamisants (Qi qong, Taï-chi, Yoga...) adaptés à ses besoins, contacts avec les animaux, frictions et bains aromatiques ...


Satisfaire les besoins en énergie

Il s'agit de se reposer, de s'imposer un repos nocturne suffisant. Ceci afin de permettre une phase de digestion, d'assimilation, puis une phase d'élimination des métabolites, puis une phase de réparation des cellules, enfin une phase de recharge vitale et de réharmonisation des fonctions. Les trois dernières phases sont essentielles et se font pendant le sommeil. Si le sommeil n'est pas suffisant et pas de bonne qualité, le corps ne peut pas se recharger correctement.

Cure de stabilisation


Une fois la désintoxication et la revitalisation faite, cette cure est celle qui permet de maintenir, de potentialiser tous les effets escomptés par les 2 autres, c'est-à-dire de maintenir notre énergie vitale au plus haut niveau.

En maintenant les nouvelles habitudes alimentaires et pourquoi pas en les approfondissant, et en affinant les dérèglements de l'hygiène de vie en générale (personnelle, professionnelle, héréditaire....) afin d'y apporter, si nécessaire, des changements positifs. Pour les personnes qui ont des faiblesses organiques, on peut choisir quelques techniques ciblées (phytothérapie, techniques manuelles...) pour soutenir ces organes.

Elle est constituée :

  • D'une diminution (voire de la suppression dans certains cas) des aliments dits de « tolérance » qui sont la viande et les amidons.
  • D'une organisation repensée du rythme de vie afin de respecter au mieux l'horloge biologique interne.
  • Du soutien pour les organes les plus « faibles » qui ont souvent été sollicités lors de la cure de désintoxication.

Cure de régénération

Permet d'améliorer le fonctionnement des organes et des cellules, d'améliorer notre capital santé et d'améliorer les déficiences héréditaires.